Sainte-Euphémie

logo du site
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie
  • Sainte-Euphémie

Accueil du site > Découvrir Sainte Euphémie > Environnement

Environnement

Le climat

Vents dominants : nord et sud

Précipitations : 828 mm par an en moyenne

Brouillards : 38 jours par an en moyenne

Enneigement : 12 jours de sol couvert de neige

Insolation : 1.957 heures par an en moyenne

Température : 11° en moyenne par an

La faune et la flore

environnement

Le territoire de Ste-Euphémie recèle des milieux contrastés :

  • Vaste zone agricole cultivée en majorité en céréales. Le remembrement qui a eu lieu en 1967 a largement contribué à faire disparaître les haies et à transformer le caractère initialement bocager de ce secteur à l’extrémité de la Dombes.
  • Vallon du Formans, avec son affluent le Morbier, constitué de dépôts alluvionnaires contrastant avec les plateaux imperméables.
  • Secteur en friche entre la RD28 et la limite Est de la commune. Ici, la déprise agricole parallèle à la progression de l’urbanisation dans le secteur des Bruyères s’explique par la médiocrité de la qualité des sols dans ce secteur. Plus l’on va vers le sud, moins le terrain est rentable pour l’agriculture (présence d’argile à très faible profondeur).

A ces différents milieux correspondent des faunes et des flores relativement variées malgré la progression de l’urbanisation.

Les risques naturels

environnement2

Ils sont liés aux inondations torrentielles de la rivière du Formans. Cette dernière longe la zone urbanisée du village. Un plan de prévention des risques d’inondations (PPRI) liées au Formans et du Morbier a été élaboré, à la demande du Préfet de l’Ain, compte tenu de la répétition et de la gravité croissante des crues (1908, 1956 et juillet 1993).A la suite de la crue du 5 juillet 1993, qui a provoqué d’importants dégâts, une étude réalisée en 1994 pour le compte du Syndicat Intercommunal d’Aménagement Hydraulique (cf. lien) a permis de dégager des principes d’aménagement basés sur l’écrêtement des apports du Formans et de ses affluents.

Le dimensionnement des ouvrages écrêteurs a été basé sur le choix d’une crue décennale. La délimitation des zones inondables par la crue décennale et la crue centennale a été effectuée dans le cadre de l’étude « Atlas des zones inondables du Formans, du Morbier et du Chanay » réalisée en janvier 1999. Le périmètre de la zone inondable a été repéré au plan de zonage du PLU. Les zones inondables liées au ruissellement péri-urbain sont localement des zones bâties. D’amont vers l’aval, les bâtiments vulnérables sont situés en bordure du Formans ou dans les zones soumises aux inondations diffuses liées aux apports des versants :

  • Aucune habitation n’est soumises à un aléa fort ;
  • Quarante habitations, ainsi que la salle polyvalente, sont soumises à un aléa faible, ( = hauteur d’eau inférieure à 1 mètre et vitesse moyenne d’écoulement inférieure à 0,5 m/s) Le PPRI s’impose en tant que servitude d’utilité publique.

environnement3



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF